Sélectionner une page

KOLINA, MON INTERFACE VERS L’AUTRE MONDE

(écrit en septembre 2018)

Au fur et à mesure des années, je réalise le rôle primordial des chevaux, mais surtout de Kolina, dans ma vie et dans mon EVEIL spirituel.

J’ai déjà beaucoup écrit sur le sujet, je vais essayer de faire court et d’apporter de nouveaux éléments à ma réflexion.

Lundi 17 septembre 2018, je suis allée voir Nadine. Elle rééquilibre l’énergie et parvient à se connecter à l’esprit de son patient et donc de ses guides. C’est grâce à eux qu’elle perçoit les nœuds et peut les dénouer.

Kolina ? Elle m’a obligé à changer et m’a ouvert les portes vers une autre dimension.

Ce serait grâce à Querida, ma chère disparue. Elle fait partie de mes guides. C’est d’ailleurs la première fois que Nadine voit une guide animale ! Avec un chakra jaune intense et beaucoup de blanc.

Beaucoup de choses me paraissent plus clair, du coup.

De là où elle est, Querida me guide sur ma route spirituelle, à travers les chevaux. Elle ne m’en veut pas, elle veille sur moi. Je suis sûre que c’est elle qui m’a fait rencontrer Kolina, une autre jument, espagnole aussi, au caractère de feu !

Pourquoi Kolina était-elle si nerveuse, émotive, volcanique ? Pour m’apprendre à me calmer. Ma volonté de la contrôler la stressait et son stress m’envahissait à mon tour. Depuis toujours, nous sommes émotionnellement liées, miroirs l’une de l’autre.

Avec elle, en appliquant les méthodes « classiques », j’étais face à un mur. Nous communiquions très mal l’une avec l’autre. Mais je ne l’ai pas compris de suite… 

Il a fallu qu’elle se fasse mal, qu’elle soit arrêtée. Et que j’aie peur de la perdre à son tour ! Elle s’est mise à boiter du postérieur droit, sans qu’en réalité, il n’y ait quoi que ce soit à ce membre… Querida s’était blessée au postérieur droit… C’est précisément cette blessure qui lui fut fatale. 

Ironie du sort ? Non. Juste un signe, on ne peut plus clair, de ma chère disparue. Du style : « Tu veux qu’elle finisse comme moi ?? »

J’ai alors, à l’époque, rencontré Manuela. 

Elle m’a dit qu’on voyait que j’aimais ma jument, que je la travaillais avec mon cœur. Mais, d’après elle, je ne m’y prenais pas de la bonne façon. Et même, pire, j’allais droit dans le mur. Elle a détecté une pathologie interne aux antérieurs. Grâce à elle, j’ai fait des radios et ai su que mon colosse avait une énorme fragilité à cet endroit, un colosse aux pieds d’argile… Impossible d’envisager une carrière sportive pour Kolina. 

On m’encouragea à la vendre… Impossible. C’était MA jument, mon enfant. Même plus : mon alter ego. La jument dont j’avait toujours rêvé. Tant pis. Je ferais un trait sur mes ambitions équestres. Le tout c’est que Kolina aille le mieux possible et que nous puissions faire une longue route ensemble. Querida était partie trop tôt. Je ne voulais pas qu’il en soit de même avec Kolina.

J’ai ensuite rencontré Tina, toujours par le plus grand des hasards. 

J’étais encore tentée de poursuivre le dressage classique avec Kolina. Je rêvais toujours, dans un coin de ma tête, de piaffer, de passage, de changement de pied au temps… Je ne savais pas par quels moyens y accéder tout en respectant Kolina et surtout sa santé…

J’ai mis des mois à admettre que Tina m’ouvrait les bonnes portes. J’ai dû jeter tout ce que j’avais appris avant. Des années de travail, de bourrage de crâne, de mauvaises habitudes que je pensais bonnes… Bref : TABULA RASA.

J’ai écouté Tina, et ai pu constater à quel point mon changement métamorphosait Kolina. Respirer par le ventre. Contrôler l’énergie que je lui transmettais. Voilà Kolina qui s’est mise à faire des arrêts, rênes longues, et à rester plus d’une seconde à l’arrêt, rênes détendues de surcroît. Le dragon lâchait sa rage, il commençait à me faire confiance.

J’ai changé dans ma vie de tous les jours. J’étais plus calme, moins dans le contrôle de l’autre (et de moi), plus à l’écoute. Moins dans la recherche de la performance, coûte que coûte. Les résultats étaient cependant aussi bons, voire meilleurs et parfois plus rapides que sous la contrainte. Comme quoi, le COEUR fonctionne toujours mieux que l’EGO.

Avec Duende, ensuite, que j’ai connu depuis sa naissance, j’ai agi tout autrement qu’avec Kolina. Douceur, respect de son caractère, de son rythme, de ses envies. Tout fut simple. J’étais uniquement dans le cœur et lui aussi. C’était mon bébé. Rien à voir avec Kolina qui, étrangement, était devenue davantage une sorte de mentor… 

J’ai appris encore mieux à quel point l’énergie que je dégageais avait une influence sur les chevaux. Pourtant, l’énergie, ce n’est pas visible… Alors, j’ai commencé à croire à l’invisible, à mettre de côté mon côté trop cartésien et rationaliste. Je croyais sans voir car je le vivais. 

Je pensais alors aux personnes qui ont la foi et aux controverses qu’elle ont avec les non croyants qui exigent des preuves… Les preuves, je les avais parce que je les éprouvais dans mon être, dans mon cœur, dans mon quotidien. Mais personne de l’extérieur ne les vivait à ma place. De toute façon, je me fichais désormais du regard d’autrui sur ma façon de faire avec les chevaux. Je m’écoutais et les écoutais. POINT. Plus envie de briller en spectacle, en concours. Juste être heureuse à leurs côtés et que ce soit réciproque. 

Grâce à Kolina, j’ai été confrontée aussi à l’expérimentation de la communication animale (CA). Je peux dire sans exagération que c’est elle qui m’a poussée encore plus loin dans ma quête spirituelle… 

J’ai connu Laure, qui m’a permis d’avance dans l’invisible. 

J’ai eu besoin de Laure pour parler à Kolina, pour qu’elle réponde à mes questions.

« Pourquoi boite-t-elle tous les trois jours quand je ne venais pas aux écuries ? »

« Pourquoi est-ce que je sens toujours ce stress en elle ? »

« Pourquoi est-ce toujours si compliqué avec elle. En comparaison avec Duende avec qui tout est simple, facile, joyeux… ? »

Je me suis rendue compte que de nombreuses personnes s’intéressaient à ce type de communication inter-espèces. J’ai même adhéré à un groupe FB qui lui est consacré. De nombreuses personnes sont des communicantes animales. Elles ont ce don que j’adorerais avoir et dont je rêve depuis l’enfance : « Parler aux animaux et recevoir des réponses de leur part. »

Plus récemment encore, j’ai compris que Kolina était mon double, vraiment. Je le pressentais. Nous vibrons toujours d’une vibration identique, d’une même fréquence. Mes émotions déteignent sur elle et vis et versa. Grâce à Loreena, j’ai appris que nous étions en réalité comme un seul être dans deux corps différents. Nous avons la même aura, rare, dorée…

Il faut que je sois sereine et heureuse pour que Kolina le soit aussi. Elle ressent tous mes stress et ça la fait somatiser.

Ce que j’avais écrit dans mon roman « Aliséa », sur le fait que Cardona était l’alter ego d’Aliséa, se révèle être un pressentiment qui montrait une réalité : Kolina et moi sommes pareilles. Tout comme Querida et moi l’étions. Sauf qu’avec Querida, la route n’a pas été aussi longue, assez longue, plutôt.

J’en reviens donc à Querida et à cette révélation que j’ai eu à son sujet grâce à Nadine. Querida est devenue mon guide, un de mes guides.

Je ne sais pas si sa mort tragique faisait obligatoirement partie de mon chemin. Aurais-je changé ma vision et ma relation aux chevaux, et aurais-je tant changé moi-même, si je ne l’avais pas perdu de cette façon si brutale, injuste et douloureuse… ? Impossible de le savoir.

Ce qui est certain, c’est que sa disparition fut le début de ma métamorphose. Tant de peine. Tellement de remises en questions… C’est elle qui a mis Kolina sur ma route. Toutes les trois (ou quatre avec Cadix), nous sommes fait de la même étoffe, c’est clair.

Kolina est donc bien, en quelque sorte, une autre Querida… Mêmes chakras. Même aura.

Mais comme au début, avec Kolina, je travaillais quasiment de la même façon qu’avec Querida, il me fallait de nouveaux électrochocs pour que je finisse vraiment par lâcher, évoluer.

Kolina s’est mise à boiter. C’était voulu, pour m’interroger, me pousser dans mes retranchements. Me rappeler Querida. Puis j’ai rencontré Manuela…, Tina… etc

Et depuis, je ne fais que progresser sur ma route équine (que je ne qualifierai même plus d’équestre).

De là haut, et à mes côtés au quotidien, Querida m’aide à avoir la bonne attitude, à me poser les bonnes questions, à m’entourer des bonnes personnes, à faire exactement ce qu’il faut pour avoir une relation harmonieuse avec mes chevaux et que nous soyons tous heureux.

Duende est là pour incarner la réussite de ma métamorphose. Il est la preuve que j’ai compris, que mon changement a porté ses fruits.

D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que c’est lui que je destine à Angelo. Il est le cheval idéal pour donner confiance à un enfant et pour inculquer l’amour des chevaux à mon fils. Il est la continuité de mes liens aux chevaux.

Querida => Kolina => Duende 

=> => Lisa => => Angelo

Compétences

Posté le

26 juin 2019

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

consectetur adipiscing at nec Aliquam sem,