Sélectionner une page

JOURNAL DE BORD D’UN PETIT ANGE tombé sur Terre -12-

EPISODE 12 : MON 12ème MOIS

– je pèse presque 11 kg et on ne m’a pas mesuré dernièrement –

Mardi 11 novembre 2018 au soir, j’ai eu exactement 11 mois.

Semaine du 12 au 16 décembre 2018

Mercredi 12 décembre 

Maman est rentrée tard hier soir, pendant que Papa me faisait déjà le bibi pour le coucher. Moi, ça m’a réveillé et je l’ai fini avec elle, du coup. Les retrouvailles :-). Ensuite, j’ai super bien dormi jusqu’à 7h.

Sieste à 9h et arrivée chez Nanou tard, car Maman n’avait pas son premier cours. J’aimais bien quand c’était cool me matin. 

Papa m’a mis au lit ce soir, mais comme hier, je me suis réveillé au retour de Maman, pour faire un câlin. Mais comme je n’avais pas fini le bibi avec Papa, je me suis réveillé assoiffé vers 1h. J’ai fini le bibi avec ma mamounette.

Jeudi 13 décembre 

Matinée cool. Ça tombait bien, j’ai dormi tard et fait ma sieste tard, aussi. Mais je n’oubliais pas de m’entraîner, de bon matin, pour relever mon prochain grand défi : la marche !

Maman était fatiguée aujourd’hui. Elle est rentrée avec de la fièvre et mal de gorge. J’espérais que ce n’était pas grave… Comme c’était relativement tôt, elle m’a donné le bibi.

Ces temps-ci, il m’arrivait de pleurer la nuit dans mon sommeil sans me réveiller. Maman me l’avait raconté. Ça la réveillait à chaque fois… C’est arrivé cette nuit.

Vendredi 14 décembre

Je me suis réveillé un peu avant 8h. C’était chouette, je récupérais enfin.

Avant la sieste du matin, on est parti de la maison avec Maman. Mais pas chez Nanou. On est allée chez une amie de Maman que j’ai déjà vue. Elle était dentiste et s’occupait des dents de Maman. C’était rigolo : dans la pièce, bien que ce soit un cabinet médical, tout était rose fuchsia et violet ! Rien à voir avec la maternité ou l’hôpital. C’était beaucoup plus gai, même si ça sentait fort les produits chimiques et les médicaments. Maman devait se faire contrôler les dents régulièrement car le fait de produire du lait pouvait les abîmer. Enfin, à ce qu’il paraît… Encore une affaire de vilaines bactéries ! Mais elles ne vont pas nous lâcher un jour ?

On était déjà venu voir Cécile il y a six mois. Vous en souvenez-vous ? Elle m’avait alors offert un ours en peluche avec des ailes. Un clin d’oeil à mon prénom ;-).

Le soir, j’ai enfin refait une sieste en rentrant de chez Nanou. Puis repas et bibi avec Maman, qui était rentrée plus tôt que d’habitude. Puis un super dodo. 

Samedi 15 décembre

Aujourd’hui, journée avec Papa, comme d’habitude le samedi. On va voir Mamie pour le goûter, elle est toujours super contente de me voir. J’ai continué à m’entraîner très consciencieusement avec mon trotteur. Mamie a aussi essayé de m’initier à la corde à sauter ! Mais ça, ça sera pour un peu plus tard !

Comme le dernier cours de Maman a été annulé, elle est passée voir sa Koko en rentrant. Papa lui a fait la surprise de l’y rejoindre en rentrant de chez Mamie, avec moi !

Soirée nickel, avec une belle sieste.

Dimanche 16 décembre

C’est l’anniversaire de Papa aujourd’hui. Bon, il ne veut pas trop parler de son âge, je ne vais pas insister !

J’ai pris mon bibi à 5h30 car j’étais grave réveillé et affamé. Du coup, j’ai dormi jusqu’à 9h et mes parents ont fait une mini grasse mat !

On a passé la journée tous les trois. Maman a fait à manger pour moi et pour les adultes. Et après ma sieste, on a fait des gâteaux de Noël allemands, tous les deux,, en suivant la recette de Oma : des Zimtsternes. D’ailleurs, on a téléphoné à Oma pendant ce temps ! On a parlé de sa venue pendant les vacances de février.

Pas de sieste ce soir, trop excité d’être avec mes deux parents !

Et puis, mes horaires furent décalés aujourd’hui. Sieste de l’après-midi commencée à 14h30 au lieu de 12h30 ! Mais je suis partie au dodo de bonne heure ce soir. Mes parents ont enfin pu voir, en streaming, le film « Un bébé pour Noël ». Il était passé en direct lundi 10, je vous en avais parlé. Mais je m’étais endormi trop tard pour qu’il puisse assister à la séance.

Semaine du 17 au 23 décembre 2018

Lundi 17 décembre 

Maman n’a pas dormi de la nuit… Stressée ? Son cœur battait très vite. Ou alors c’était le film qui l’avait stressée ? Moi, je me suis réveillé en plus à 1h30 : ma couche avait débordé, j’étais tout mouillé, partout, partout. Maman a dû me changer de la tête aux pieds (turbulette comprise). Elle m’a refait un gros bibi, puis j’ai fait un super dodo jusqu’à 7h passé. Mais pas ma pauvre maman, qui n’a pas réussi à fermer l’oeil…

Cette nuit, en plus, Maman a eu une extinction de voix. C’était sans doute une vilaine bactérie (encore !) ou un virus. C’était ça qui avait dû l’empêcher de dormir, en mettant son corps en état de lutte. 

Ce matin, on est allé chez le kiné, mon parrain. Maman n’était pas du tout en forme… Après m’avoir amené chez Nanou, elle n’est pas sortie. Elle est restée à la maison et a profité d’avoir un peu de temps pour changer les photos au dessus de son bureau et en mettre encore plus de moi ! Elle a passé une journée sans voix… Sympa pour ses cours !

Le soir, pas de sieste, Papa m’a fait le bibi tôt car je n’avais pas faim. J’ai super bien dormi jusqu’à 6h. Maman a de nouveau très mal dormi : cauchemars, vêtement mouillés de sueurs… Sans doute toujours cette vilaine bactérie ! Grrr… Son corps se bat comme un lion pour s’en débarrasser !

Mardi 18 décembre

Maman était très fatiguée aujourd’hui, à cause de sa maladie. Du coup, ça lui tapait sur les nerfs.

Après m’avoir déposé chez Nanou, et terminé son premier cours, avec sa chère Loreena, Maman est allée chez Orange récupérer la carte SIM pour mettre en marche son nouveau téléphone. Elle est tellement énervée de fatigue qu’elle engueule le vendeur, lorsqu’il veut la faire patienter. Du coup, il se dépêche de lui donner enfin sa carte !

Après avoir tiré son lait, en début d’après-midi, elle s’est enfin reposé, car elle était complètement KO.

Le soir, je suis de nouveau allé au dodo avec Papa. Quand elle rentra, Maman mit enfin son nouveau téléphone en marche. Son dernier, qu’elle utilisait jusqu’à présent, datait d’une dizaine d’années. C’était un NOKIA, increvable. Mais il avait atteint ses limites, la sénescence (et non la sénilité !). Depuis quelques jours, impossible pour lui de faire des photos, ni d’envoyer des sms. Quant à internet, il n’avait jamais était réceptif ! Cela devenait très handicapant pour Maman. Micro naze, plus d’oreillettes, aucune connexion Bluetooth, du coup, impossible d’appeler quiconque ! Le comble pour un téléphone !!! La véritable dêch… Maman était furieuse que son outil de travail et compagnon de tous les instants soit pour ainsi dire en grève à durée indéterminée !

Il faut bien dire que Maman et les nouvelles technologies, ça faisait deux ! Dépendre d’une machine pour les actions les plus banales et courantes de sa vie quotidienne l’exaspérait au plus haut point. Elle se sentait esclave d’une technologie qu’elle ne maîtrisait pas, qui pouvait lui échapper à tout moment, mais dont elle avait, bien malgré elle, un besoin vital ! Il en allait de même pour sa voiture d’ailleurs… Mais ce n’était pas le sujet du jour !

Maman était plus à l’aise avec un papier et un stylo qu’avec un écran et un clavier ! La preuve, c’est que tout ce qu’elle écrivait, elle l’écrivait d’abord sur papier. Maman est écrivain, il paraît que de nombreux auteurs procèdent ainsi font… La plume suivrait, semble-t-il, mieux le fil de la pensée que le clavier d’un ordinateur.

Mercredi 19 décembre

La nuit passée, Maman a enfin mieux dormi et sa voix est un peu revenue. Cela faisait deux jours qu’elle était a phone. Comme elle ne commençait les cours qu’à 14h, elle alla voir son Dudu après m’avoir amené chez Nanou. Elle aurait pu m’amener avec elle, mais il faisait froid. Elle a fait une balade à son terrain, en tapis. Elle s’est éclaté, lui aussi, il était adorable, super gai:-) Ils jouaient souvent comme des gamins tous les deux ! Il me tardait de pouvoir jouer avec Duende et le monter moi aussi, comme Maman !

Cette nuit, je me suis réveillé à 1h30, besoin d’un bibi et d’un câlin avec Maman. Je me suis ensuite rendormi jusqu’à 6h. Je ne suis pas cool avec mes parents, je sais, en les réveillant ainsi si souvent la nuit. Mais je ne fais pas exprès. Papa m’a couché avant le retour de Maman, parfois ça me stresse… 

Du coup Maman hésitait. Papa devait-il attendre son retour pour qu’elle me couche et que je sois peinard ? Ou valait-il mieux me coucher plus tôt, vers 20h30, même si elle n’était pas rentrée. Moi, je ne savais pas… J’aimais bien m’endormir avec Maman, ça me rassurait. Papa, je le voyais toute la soirée. Il me faisait souvent le bain, jouait avec moi, me donnait le diner… C’était bien quand Maman pouvait s’occuper aussi un peu de moi. Mais d’un autre côté, parfois vers 20h, j’étais cuit, cuit, cuit… Alors, c’était mieux pour moi d’aller dormir. Choix assez cornélien, car ça dépendait des jours. Rien de systématique avec moi ! Mes parents devaient s’adapter en permanence. 

C’est incroyable comme un bébé peut fatiguer les neurones de ses parents. Mais paradoxalement, il leur permet d’en créer plein de nouveaux, de part l’adaptabilité permanente qu’il leur demande…

Jeudi 20 décembre

Ce matin, Maman a réalisé que son parfum de toujours s’appelait Angel et que la bouteille était en forme d’étoile. Étrange. Mon nom lui venait de loin. Et ce nom de Stella qui lui résonnait dans la tête et dont elle me parlait souvent depuis cet été. Qui était-ce ? En tout cas, un chose était sûr, ça voulait dire Étoile. Dans le cœur de Maman, les anges et les étoiles étaient depuis longtemps entremêlés…

Après m’avoir déposé chez Nanou, Maman est allée voir Kolina. Elle lui a fait un bon massage et des câlins. Koko était mignonne. Elles ont beaucoup discuté toutes les deux. Elles en avaient besoin… Kolina a été très affectée par mon arrivée et les absences de Maman. Elle avait besoin d’être rassurée, de savoir que Maman l’aimait toujours et ne l’abandonnerait pas.

Vendredi 21 décembre

Matinée tranquille avec Maman. J’ai d’abord profité de Papa avant qu’il parte au travail. Pendant que Maman tirait son lait, moi je faisait mon entraînement favori du matin !

J’ai fait ma sieste du matin tard, du coup on est allé chez Nanou que vers midi. Maman a bien profité de moi et réciproquement. Troisième belle matinée de la semaine pour, elle du coup, à chouchouter son troisième bébé. Maman en a profité pour refaire de la pâtisserie avec moi. On a fait la pâte tous les deux, puis a a confectionné les petits pains qu’elle fait régulièrement pour moi. J’adorais manger la pâte crue ! Mhhh !

Samedi 22 décembre

Papa m’a gardé le matin. Maman en a profité pour aller faire une grande balade à la plage avec Kolina. Il faisait beau et chaud (pour un mois de décembre). Koko était cool, elles se sont régalées.

Papa est parti au ski vers 14h30, pour les vacances. La même séparation entre Papa et Maman que l’an dernier, lorsque j’étais encore dans le ventre et Maman. Tous les deux espéraient alors ardemment que j’attendrais le retour de Papa pour pointer le bout de mon nez ! Je le savais, je comprenais déjà tout à l’époque et j’ai été bien sage. On était pile à 8 mois de gestation, cela aurait été un peu tôt pour sortir, je n’étais vraiment pas encore prêt à faire le grand saut !

Maman a fait un peu de rangement, puis, après ma sieste, j’ai joué un peu avec un nouveau jeu de cubes, que j’aimais beaucoup :-).

Puis, on est allé voir Mamie. Mais on s’est fait coincer par les gilets jaunes ! Pourtant, en début d’après-midid, Papa était passé nickel à l’échangeur avant le rond point du cadran solaire, à la sortie nord de l’autoroute. Voilà que trois heures plus tard, ils rebloquaient ! Maman était en colère. Elle appela Mamie pour la prévenir qu’on serait en retard. 

On est resté quand même un bon moment chez Mamie. Goûter, puis jeux comme souvent. Mamie était gaga et moi trop content de jouer avec elle. Mon cousin Eric a appelé pendant mon goûter et je lui ai parlé au téléphone ! Ensuite je me suis entrainé à conduire et à faire de la musique avec la voiture rose de chez Mamie. Je progressais un peu plus chaque semaine. 🙂

Dimanche 23 décembre

Réveil 6h30. Maman fut ravie de se réveiller si tôt ! Elle avait cours chez Loreena ce matin. C’était une super amie de Maman dont je vous avais déjà parlé à plusieurs reprises. Ses parents avaient prévu de me garder, mais j’ai eu peur d’eux ! Je ne voulais pas quitter Maman !!! Du coup, je suis restée sur ses genoux pendant une heure. Dès qu’elle me posait par terre, j’avais peur et je pleurais… 

Maman essaya de me distraire, pour que je ne touche pas les feuilles qu’elle utilisait avec Loreena. Elle me donna des stylos, des feutres fluos, mais au bout d’un moment, je m’ennuyai trop et essayai d’attraper tout ce qu’il y avait sur la table. Loreena alla chercher un tambour africain en bois et peau de chèvre. C’était trop rigolo. On a tapé dessus, ça faisait du bruit, j’ai adoré ! Maman a calé le banjo entre ses cuisses et j’ai tapé dessus de toutes mes forces. Ça me faisait rigoler comme un fou. Et elle aussi !

Au bout d’un moment, j’ai été prêt à quitter un peu Maman et à m’aventurer dans la pièce toute seul. Il y avait plein d’objets que n’avais jamais vu.

Loreena voulut me prendre dans ses bras, je fus d’accord, elle me rassurait. Elle dégageait des choses qui me plaisaient, une bonne énergie, de bonnes ondes. On a bien rigolé tous les deux. C’était marrant, c’était un peu comme si elle était ma sœur, on avait des fluides en commun !

Et en réalité, on avait vraiment beaucoup de points communs. 

– Le physique : nous sommes tous les deux blonds aux yeux bleus comme nos papa, mais pas du tout comme nos mamans

– Les parents : une mère brune, de type méditerranéen, dont nous sommes le premier enfant (et le seul jusqu’à preuve du contraire). Un père blond aux yeux bleus, beau gosse, plus âgé et qui a déjà eu une fille plus âgée avec une autre maman, avec laquelle ça s’est mal fini. Comme souvent avec les divorces…

– Nous sommes nés par une césarienne d’urgence. Est-ce dû à une cetraine appréhension de l’atterrissage ??? Une véritable conscience des difficultés inhérentes à cette vie terrestre qui nous attendait ?

– Nous avons des parents super à l’écoute.

Vraiment, avec Loreena, on est un peu comme des frères et sœurs astraux. <3 <3

Ce fut Loreena qui me fit manger dans le salon, pendant que Maman finissait un exercice difficile du devoir du CNED que Loreena devait renvoyer incessamment sous peu. Aucun problème, j’ouvrais la bouche comme un coucou !

En rentrant, direct au dodo. Pendant ce temps (j’ai dormi de 13h30 à 16h), Maman a préparé les bagages pour aller voir Papa à Font Romeu. Il en fallait des affaires maintenant, ça prenait énormément de place ! Le parc pour dormir, la chaise haute pour manger, le ballon pour me bercer ! Sans oublier e trotteur, la poussette, le tire-lait, de la nourriture pour moi pour plusieurs jours, le baby-cook, le chauffe-bibi, des vêtements, car je me salissais beaucoup ! Une liste interminable !

Papa fut super content de nous voir, moi aussi. A 21h, j’étais couché et j’ai super bien dormi dans le parc jusqu’à presque 7h30 ! Top nuit.

Semaine du 24 au 31 décembre 2018

Lundi 24 décembre

Aujourd’hui, c’était Noël en Allemagne, il parait… 

Maman a fait ses ce matin écritures. Elle a corrigé CMLC pour que Noémie fasse la correction, ensuite, sur le site. Papa ne travaillait que le matin, c’était cool. Moi j’ai fait le tour du propriétaire !

L’après-midi, après la sieste, on est allé au parc pour enfants, juste à côté de la résidence. Il y avait des balançoires, des toboggans… Et surtout plein d’autres enfants ! J’adorais faire de la balançoire, soit sur les genoux de Maman, soit tout seul.

Maman m’a même fait essayer la tyrolienne !

Et la voiture qui bougeait toute seule !

Par contre, le toboggan, ce n’était pas mon truc. Je crois que j’avais un peu peur de descendre vite sur ce métal froid et glissant. Pourtant Maman me tenait bien, pour que ça aille doucement justement. On verrait dans quelques mois, si je m’éclaterais davantage. Il y a fort à parier que oui, j’étais encore petit par rapport aux autres enfants qui venaient jouer ici. D’ailleurs, j’adorais les regarder, notamment les voir courir me fascinait… Bientôt je courrai comme eux, comme je parvenais déjà à le faire avec Maëlys et Zoé chez Nanou. 

Remarque : nous formions un étrange trio chez Nanou. Mon prénom commençait par A, la première lettre de l’alphabet. Celui de Zoé par la dernière lettre de l’alphabet, donc la 26ème. Quant à Maëlys, le M.. c’est la 13ème, donc juste au milieu. Coïncidence plutôt rigolote, vous ne trouvez pas ?

Ensuite, nous sommes allés nous promener en forêt tous les trois, l’occasion de respirer un bon bol d’air pur :-).

Comme j’ai reçu des livres pour Noël, Papa a commencé à me faire la lecture 🙂 J’ai découvert avec intérêt et curiosité ce nouvel objet ma foi bien étrange !

Une fois que j’ai été au dodo (de bonne heure, car Maman ne travaillait pas donc j’étais super bien réglé, à 20h au dodo), Maman et Papa ont regardé un film : « Mama Mia 2 » que Maman a offert à Papa, ou plutôt à eux deux pour Noël. Au bout de la moitié du visionnage, ils se sont endormis épuisés, comme moi, par le grand air et l’altitude.

Mardi 25 décembre

« C’est Noël », m’expliqua Maman. Je ne savais pas trop ce que ça signifiait. Une histoire de bébé… Très attendu… Par plein d’humains. Il y a très, très longtemps. Dieu qui s’est incarné en homme pour sauver l’humanité… Je n’ai pas tout saisi, mais cela m’interroge. Il faudra que je demande à mes frères les anges qu’ils me racontent cette histoire plus en détails un de ces jours :-).

Le matin on est retourné au jardin d’enfants, seuls avec Maman entre la sieste et mon repas.

L’après-midi, avec Papa cette fois-ci, on est allé se promener tous les trois dans la forêt, moi comme toujours assis sur le porte bébé. Un moment sur Maman, puis un moment sur Papa. C’était chouette la forêt, il y avait plein de choses à regarder… Et surtout c’était chouette de faire une sortie avec Papa et Maman à la fois, ce n’était vraiment pas souvent que cela arrivait…

Le soir, Papa et Maman ont fini le film pendant que je faisais déjà un gros dodo. 

Mercredi 26 décembre

C’est ce matin que Maman a commencé à taper à l’ordinateur les premières lignes de mon journal. Elle l’a intitulé (comme vous le savez) : « Journal de bord d’un petit ange tombé sur Terre… »

Lorsque ma sieste du matin fut finie, Noémie est arrivée. On a mangé tous les trois. Pendant ma sieste de l’après-midi, elles ont parlé des améliorations à apporter à CMLC, mais elle n’étaient pas trop d’accord…

Après mon réveil et un petit goûter, on s’est préparé pour se balader. J’étais super heureux : Noémie avait amené Iska ! Je l’adorais cette chienne. J’avais envie de lui faire plein de bisous, comme à Maëlys <3. Elle était aussi grande qu’elle, d’ailleurs, et aussi gentille avec moi. Elle voulait me donner la patte tout le temps, mais sa maitresse n’était pas d’accord, elle avait peur qu’elle me fasse mal.

On s’est baladé, moi sur le porte bébé, encore une fois. C’était bien plus simple que la poussette dans les chemins. Lorsque Maman commença à avoir mal au dos, Noémie prit le relais. C’était chouette comme la veille.

Iska était toute excitée. Elle faisait plein d’allers et retours, sans jamais se fatiguer ! Terrible cette chienne ! Elle alla même se rouler dans la boue de la rivière à moitié gelée. Noémie la gronda, mais c’était trop tard ! Elle était comme les enfants, Iska, elle avait plein d’envies qu’elle n’aimait pas qu’on muselle.

Une fois Noémie partie, Papa fut de retour. On a fait les bagages et on est reparti. Maman s’est arrêtée chez des amis à elle, à Millas. En fait il s’agissait de parents d’anciens élèves. Catherine et Charles étaient super gentils, ils avaient très envie de faire ma connaissance et, en plus, ils avaient préparé un cadeau pour moi. Un petit tableau fait artisanalement avec des chevaux dans une écurie ! Maman fut ravie, ça décorerait bien ma chambre ! Ils furent très heureux de me voir, enfin ! Leurs deux enfants, Michel et Claire étaient là et partaient justement au marché de Noël du Barcarès ! Catherine et Charles ont parlé à Maman du petit fils de Charles, né dernièrement, un petit William. Ça n’arrêtait pas les bébés !

D’ailleurs en parlant de bébés et d’enfants, aujourd’hui bon nombre de mes cousins se sont réunis à Chamalières chez Tonton François et Tata Odile. Il y en certains que je ne connais pas, comme

Pendant ce temps, Papa, lui, était parti directement à la maison.

Le soir, maman finit de taper le texte sur ma naissance… Il ne manquait plus que la relecture et les corrections…

Jeudi 27 décembre

Si Papa était descendu de Font Romeu en pleines vacances (qui, pour lui, étaient deux semaines de travail), c’était parce qu’aujourd’hui on faisait une grande fête pour les 90 ans de mamie ! Avec un mois de retard, car elle était née le 25 novembre. Vous le savez si vous avez bien suivi ! 😉 Elle tenait à ce que tous ses petits enfants puissent se libérer pour être présents.

On est parti après un bon bain et ma sieste du matin pour le grand restaurant de Rivesaltes, le domaine Rombeau.

A peine étais-je arrivé, que je fus adulé par toutes les amies de Mamie qui ne me connaissaient pas, mais avaient entendu parler de moi depuis plus d’un an ! Elles n’avaient qu’une hâte, me rencontrer en chair et en os. Mamie leur avait montré plein de photos de moi. Comme j’avais un look de poupon et des joues à faire des bisous, forcément, toutes les femmes, même quasi centenaires, n’avaient qu’une envie : me prendre dans mes bras pour m’embrasser !

Il faut que je vous dise : mon papa était un magnifique bébé aussi ! Mais pas que lui ! Mon grand-père, le défunt mari de Mamie, avait été élu en son temps le plus beau bébé du département ! En 1930 et quelques ! Il y a presqu’un siècle !!! Si, si ! Je vous assure ! J’ai de qui tenir ! Et pour l’anecdote : il paraît que lorsqu’on lui avait remis la médaille, il avait fait pipi en public. Les bébés devaient être présentés nus pour être jugés sur leur anatomie complète ! Il fut élu « bébé cadum » ! Le bébé le plus à croquer, de par ses joues et ses fesses rondes, roses et potelées !

Je ne veux pas renier non plus mes origines maternelles. Sur les photos de Oma à mon âge, il y a beaucoup de points communs entre nous deux aussi ! Elle avait les yeux bleus, les cheveux très clairs, une tête ronde et était très souriante.

J’ai mangé à la table de Maman et Papa, mais dans ma chaise haute. Il y avait des cousins de Papa que Maman voyait chaque semaine car elle donnait des cours à leur fille Manon. Et aussi mes cousins Eric et Sébastien, les enfants de la sœur de Papa, Michèle, et leurs enfants. Respectivement Camille et Lisa, et Jeanne et Édouard. 

Après avoir mangé, j’ai eu un gros coup de barre. Normalement, c’est le moment où je pars pour une grosse sieste. Maman m’a baladé dans l’immense bâtiment pendant presqu’une heure, car à l’arrêt je ne voulais pas m’endormir, même avec tous mes doudous !

On a traversé plein d’autres pièces avec des familles attablées. C’était bizarre ces habitudes qu’avaient les grandes personnes de rester à table des heures durant. Comment se faisait-il qu’elles n’avaient pas envie de faire la sieste ou alors d’aller jouer ? Comment faisaient-elles pour ne pas d’ennuyer ???

On est rentré pour mon goûter, j’avais fait une sieste d’1h30. C’était beaucoup moins que chez Nanou où je dormais 3-4h d’affilé, mais ça m’avait quand même permis de recharger mes batteries !

Après j’ai joué avec le cadeau de Noël de tatie Michèle : un gros camion de pompier, trop beau !

Le soir, Maman a préparé les cadeaux de Noël pour sa famille clermontoise. Papa est reparti pour Font-Romeu où il retravaillait dès le lendemain.

Vendredi 28 décembre

Journée de voyage.

Ce matin, pendant la sieste, Maman a refait les bagages. On est ensuite allé arroser les plantes ensemble à son terrain. Elle m’a pris dans les bras sur le porte-bébé pour que je participe. Elle m’a déjà amené d’autres fois pour arroser. Mais quand il faisait froid, elle me laissait dans la voiture. Aujourd’hui, il faisait bon. Je tenais les bouteilles avec elle. Mais en fait, je voyais bien que je la ralentissais plutôt que je ne l’aidais. En plus des bouteilles, elle devait porter mon poids, non négligeable…

Après mon repas, elle m’a enfourné dans la voiture, mis de nouveau tout mon barda dans le coffre et on a repris la route pour mon gros dodo de l’après-midi. Je me suis réveillé quand nous étions déjà dans le Cantal. J’ai râlé car j’avais la couche pleine et l’heure du goûter était largement passé. Or moi, je suis un sacré gloutonnas ! J’ai toujours très faim !!! C’est normal, je suis en pleine croissance.

On a fini par arriver dans une maison que même Maman ne connaissait pas. En fait, on venait voir son parrain à elle, qui avait 89 ans. Je le connaissais ce sympathique barbu ! Nous l’avions déjà vu cet été. Nous nous étions alors arrêté chez lui à Brioude. Il était très fatigué, le cœur usé par les années… Il dégageait quelque chose de tranquille et placide, mais cachait, sous cet air débonnaire, un caractère vif et pétillant,.

Désormais, il habitait chez son fils, Jean-Pascal, et sa belle-fille, Marie-Alice. Ils étaient super sympas. Leur maison était équipée pour un petit bonhomme comme moi, étant donné qu’ils étaient grands-parents d’un petit Victor un peu plus âgé que moi.

J’ai pris mon goûter dans leur chaise haute et joué avec leur grosse « tuture-drezienne ». Ce fut un super moment. Maman était fière comme tout. Je voulais tout toucher, je  « marchait » en me tenant au canapé, à la table du salon, etc, tout en bavardant haut et fort comme chez Nanou. J’étais chez moi !

Après mon goûter et ma prestation de haute volée, on a repris la suite de la route. J’ai redormi pour récupérer de cette longue pause publique.

On est arrivé à Blanzat vers 20h. Il y avait plein, plein de monde !!! Même des gens que je connaissais plus trop. Il y avait mes grands-parents : Oma et Grand-Pa. Et mon oncle et ma tante, Pascal et Viviane. Et mes cousins Ayelen, Amelie et Bastien. Je les avais déjà vus à mon baptême cet été. 

Que d’animation et de nouveautés ! J’ai mangé et suis allée au lit beaucoup plus tard que d’habitude. Du coup, je pleurais, un bon moment, car mes nerfs étaient fatigués. Maman m’a bercé beaucoup, beaucoup, longtemps, longtemps, sur le ballon. Vers 23h, j’ai enfin trouvé le sommeil, épuisé par cette journée si singulière.

Samedi 29 décembre

Encore une sacrée journée !

J’ai fait une vraie grasse mat…jusqu’à 8h. Puis j’ai refait une sieste de 9h30 à 11h30 ! Maman était dans la chambre avec moi. Elle écrivait le texte sur mon 1er mois.

Plein de gens sont arrivés à la maison pendant que je dormais! A mon réveil, on est descendu. C’était déjà l’heure de mon repas ! Et pour moi, les repas, c’est sacré !

En fait, un autre oncle et une autre tante avaient débarqué : Emmanuel et Catherine. Ils étaient accompagnés de leurs grandes filles, deux autres cousines pour moi : Zoé et Alix. Zoé, comme Zoé chez Nanou. Mais aucun rapport, à part le prénom. C’était fou de se dire qu’on avait le même grand-père quand même !

Manu, mon « grand » oncle, en taille et en âge, m’a pris sur ses épaules. En fait, c’était Maman qui m’y avait fait grimper, la coquine. Elle adorait me mettre sur ses épaules et sur celles de Papa. Moi, je j’étais bien là-haut ! J’avais enfin un super point de vue, qui me changeait de ma vision de vermisseau à quatre pattes ! 

Maman m’a fait manger dans la cuisine pendant que tout le monde était dans le salon en train de commencer le buffet. Elle voulait que je sois tranquille et puis elle devait tirer son lait…. Moi, j’aurais bien voulu rester avec tout le monde ! On y retourna après mon repas, j’adorais être au milieu de tout ce monde.

Avant que j’aille au dodo on a fait une super séance photo. C’était tellement rare qu’on se retrouve ainsi tous ensemble que le moment méritait d’être immortalisé…

Maman a quand même tenu de me remettre bientôt au lit pour la sacro-sainte sieste de l’après-midi. Elle m’a expliqué qu’après, on partirait faire le goûter ailleurs ! Dans un bar à chats ! Mais moi je n’avais pas envie de dormir ! Je voulais rester faire la fête avec toute cette grande famille que je ne connaissais guère ! Du coup, j’ai râlé presqu’une heure heure avant de m’endormir et Maman a eu besoin de beaucoup me bercer, bercer, bercer…

À mon réveil, Maman m’a enfourné dans la voiture de Oma et Grand-Pa et nous sommes partis avec mes deux grands parents, très fiers de suivre leur fille écrivaine.

Au bar à chats, c’était rigolo. Avant de me mettre dans ma chaise haute pour le goûter, Maman m’a laissé crapahuter sur les canapés où se prélassaient des chats à perte de vue ! Des roux, des blancs, des chauves, des tigrés…de tout. 

C’était peu exigu, mais très original et sympa, comme lieu et comme ambiance. Les chats, je les aimais bien, même si eux ne m’aimaient pas trop. J’étais brusque, je leur faisais peur ! Surtout Yuki, à la maison. Il me craignait, mais, à la fois, je l’attirais. Il venait vers moi, mais dès que je voulais le toucher, il esquivait. Il a quand même fait des progrès ! Quand j’étais petit, il contournait mon transat à deux mètres ! Surtout quand je pleurais, il ne supportait pas cet intrus assourdissant qu’on lui imposait ! Cela ne l’empêchait pas de venir se coller contre moi sur le coussin d’allaitement quand je tétais encore Maman ! Bref, moi et les chats, c’est une histoire de fascination paradoxale et réciproque ! Je m’éclatais dans ce nouveau lieu.

Plein de gens, certains que je connaissais, d’autres pas, vinrent passer un moment plus ou moins long dans ce lieu singulier. Odile, la tante de Maman et son mari François. Deux de leurs petits enfants étaient là, aussi, en vacances. Clara et Inès, deux filles trop mimis. Et un autre oncle de Maman, qui aimait beaucoup ses écrits : Bernard ! Pour un moment littéraire, Maman était bien entourée entre un père et une tante profs de lettres et un oncle prof de philo. Tous à la retraite, évidemment, mais toujours actifs dans leur domaine, car passionnés ! Maman avait de qui tenir !

On a fait mon goûter tranquille, malgré le bruit, le monde, etc. Puis des gens nouveaux sont arrivés, exprès pour Maman aussi visiblement, bien quelle ne les connaissait pas. D’un coup, elle a commencé à parler fort, devant tout le monde. En fait, elle lisait des extraits de ses « Conversations entre Maylen’ et Kaolin’ » , tomes 1 et 2. Il s’agissait de conversations (imaginaires ou pas ?) qu’elle avait pu avoir elle-même avec sa chère Kolina (dont Kaolin’ était bien sûr l’anagramme).

Dans le tome 1, elle parlait déjà de communication animale, notamment avec des chats, des chiens et bien évidemment les chevaux ! Apparaissait un mystérieux yogi redresseur de chevaux… Dans le tome 2, on découvrait Phileo (un autre moi), dans le ventre de Maylen’) et sa relation avec sa maman et bien sûr aussi avec les chevaux.

Beaucoup d’auditeurs posèrent des questions à Maman sur ses chevaux, sur sa relation avec eus, avec moi aussi. Elle leur avoua que j’étais arrivé grâce à la présence de Monkey (dont les messages furent décodés par Laure). Je confirme ! J’ai fait le grand plongeon quand Maman fut prête. Quand elle s’est mise au yoga, s’est occupée plus d’elle, a ralenti son rythme endiablé. Pour accueillir son cher petit ange…

Après de belles dédicaces suivies d’échange de coordonnées, nous sommes rentrés à Blanzat.

Dimanche 30 décembre

Nouvelle journée pleine d’aventures. Maman m’a mis dans la voiture, après le petit déjeuner, direction Vichy. J’ai dormi une bonne partie du trajet, pas question de zapper ma sieste du matin, même si j’adorais regarder le paysage défiler derrière la fenêtre et découvrir ainsi de nouvelles contrées. 

On s’est reconnu avec Victor, même si on ne s’est pas fait de bises chaleureuses comme nos mamans. C’était l’heure du repas pour moi. Victor avait déjà mangé. Du coup, je lui a taxé son siège ! Mais il était prêteur. Il me prêta même son biberon d’eau et me fit boire en le tenant ! Quel galant petit monsieur ! Maman et Astrid mangèrent à leur tour.

Victor marchait déjà, les bras curieusement en l’air. Il faut dire qu’il avait presque 14 mois. Moi, même pas 12 ! Du coup, on était toujours décalé, il faisait tout avant moi. Mais sans que je sois en retard pour autant. Cet été, déjà, il marchait à quatre pattes et moi pas encore… J’ai joué avec ses jeux, notamment un boulier très spécial, fait de lettres, de mots et de dessins. Maman l’a trouvé génial. Pour plus tard quand on apprendrait les noms et l’écriture des objets…

Victor n’a pas voulu aller à la sieste, trop excité par ma présence. Avant de partir, on a fait des photos. Astrid nous a porté tous les deux, elle est trop forte. Même sa chienne posa avec nous. Victor avait un chien et un chat dans son appartement, c’était top !

Au retour re-sieste pour moi. Et Victor y alla enfin lui aussi. Il était 15h ! Nous étions un peu à la bourre, mais une fois n’est pas coutume, comme on dit ! Il fallait profiter des occasions de se voir quand elles se présentaient !

Au retour j’ai encore profité de mes cousins à la maison :-).

Semaine du 31 décembre 2018 au 6 janvier 2019

Lundi 31 décembre 

Je commençais à prendre un rythme de vacances. Je me suis réveillé à 8h, le troisième matin de suite, ce que je n’avais jamais fait à la maison. Au contraire, à la maison, plus je me couchais tard, plus je me levais tôt, car j’étais sur les nerfs.

On a profité de quelques moments ensemble, en ce denier jour de l’année.

Pascal et sa famille sont partis vers 13h. Moi, j’ai fait une longue sieste de 10h30 à 13h ! Puis redodo de 15h à 17h30. Je rattrapais les manquent de la veille !

Pascal voulut avoir une conversation avez Maman avant son départ. Il trouvait qu’il ne l’avait pas assez vue et que Maman me couvait trop ! Lui, avec ses trois petits, il se posait moins de questions ou, du moins, n’avait pas le choix de se compliquer la vie. Il y avait le rythme commun, familial, les enfant s’y adaptaient ! Maman se défendit. Elle lui expliqua que j’avais un rythme très carré parce qu’elle travaillait et que j’allais chez Nanou. Plus mes journées étaient régulières, plus j’étais en forme et de bonne humeur. Et mieux je dormais et je mangeais. Les rituels bien « carrés » amenaient le bonheur et le bien-être à tous ceux qui s’occupaient de moi !

Après la sieste, Maman me mit dans la voiture, direction chez Odile. J’y étais déjà allé en avril, la première fois que j’avais vu Victor et Lou, mes petits cousins. Là-bas, il y avait des cousines que j’avais vu quelques jours plus tôt au bar à chats, mais que je ne connaissais pas bien : Clara et Inès, les filles d’Olivier, le fils ainé d’Odile et François. Elles étaient plus grandes que moi, un peu comme Maëlys et Zoé. 

Olivier m’a montré un cheval à bascule et je l’ai essayé. C’était sympa :-). Lui aussi était cavalier, il avait une jument et faisait du polo. Depuis qu’il avait ses filles, c’était plus compliqué. Il s’était blessé en tombant de cheval et avait mis sa jument à la retraite. Pour lui, les chevaux, c’était avant… Désormais, sa famille passait en priorité. 

Ce n’était pas comme Maman : ses chevaux faisaient partie intégrante de sa famille. Elle ne pouvait pas se passer d’eux, tout comme elle ne pouvait pas se passer de moi non plus, désormais. Pas plus que de Papa, bien sûr ! Mais lui, c’était évident. Papa et Maman ils étaient faits pour aller ensemble, même s’ils ne vivaient pas conjointement jour et nuit. Ils avaient un lien très fort, bi-latéral également. Mais ils ne dépendaient pas entièrement l’un de l’autre matériellement, pas comme Kolina, Duende et moi… 

En tout cas, ce fut en voyant d’autres familles, que me suis rendu compte que la mienne était atypique. Mes parents ont gardé leurs passions, leurs amours d’avant, tout en me faisant une place ÉNORME dans leur vie.

Après, on a joué aux gros legos avec les filles. J’étais super à l’aise, debout devant la table de salon, avec elles. Odile nous regardait depuis le canapé, heureuse.

En arrivant, j’avais fait mon goûter dans la cuisine, un peu en retard. Ensuite, ce fut l’heure du bain pour les filles. Sophie, leur Maman, la femme d’Olivier, proposa à Maman de me baigner aussi dans la foulée. Bonne idée ! Je me suis régalé, petit roi au milieu de deux  princesses! Elles m’ont tenu chacune à leur tour dans les bras pour que je ne glisse pas dans la grande baignoire. C’était une baignoire où on tenait facilement à trois, pas comme celle de la maison, où je tenais à peine avec Maman !

Ensuite, on les a laissé préparer la Sainte Sylvestre, comme m’a expliqué Maman. J’ai mangé tard et fait dodo vers 22h. Maman est venue dormir plus tard, elle a discuté un peu avec Oma et Opa, c’était le dernier soir à Blanzat… J’ai dû le sentir, je me suis réveillé plusieurs fois cette nuit (1h, 6h, …)

Mardi 1er janvier

Sans doute ai-je sentis que l’entrée dans la nouvelles année, c’était quelque chose d’important ! Heureusement, je me suis rattrapé le matin, grasse mat jusqu’à 9h !

Pendant que Maman chargeait la voiture, j’ai regardé le concert du nouvel an avec Oma et Grand-Pa.

Après les bagages et mon repas, on est parti. J’ai eu la bougeotte et faim vers 17h. On a fait une pause. Maman m’a installé sur le siège passager, comme un grand pour me faire manger. Il faisait nuit, on ne pouvait pas trop sortir. Alors Maman m’a laissé jouer dans la voiture. Toucher le volant, le rétroviseur et tous les boutons amusants qui servent à je ne sais quoi.

Une fois à la maison, j’étais encore seul avec Maman, car Papa travaillait toujours au ski, à la montagne. Sur les nerfs du fait de cette journée de transition, j’ai mis du temps à m’endormir après le repas, j’ai gardé mon rythme de 22h !

Mercredi 2 janvier 

D’ailleurs, j’ai refait la grasse mat jusqu’à 9h.

Maman voulait absolument revoir les chevaux avant de réattaquer le travail. Du coup, on est allé voir Kolina et Duende à la suite.

D’abord Koko, dans le manège. Moi, j’étais dans les bras de Maman, sur le porte-bébé. Kolina me regarda de nouveau d’un drôle d’oeil. Elle avait envie de voir Maman, mais que je sois dans ses bras, ça l’énervait au plus haut point. Du coup, elle s’approchait, Maman la caressait sur le bout du nez, et hop, elle tournait les talons et repartait vers la porte ! Du style : «  C’est quoi cette comédie ? Cette mascarade ! Qu’est-qu’il fait là, lui, « cette incruste » qui me vole MA maman ?! » Je la sentais pas bien du tout, stressée, déchirée. Partagée entre l’amour pour Maman et la haine contre moi. Car oui, je sentais bien qu’elle me détestait. Je lui ai volé sa place de grande première… Maman m’accorde beaucoup plus de temps et d’attention qu’à elle, désormais, malgré tous ses efforts pour être équitable…

Avant Duende et avant moi, Kolina était l’amour absolu de Maman et une sorte de faire-valoir aussi. Quand Maman allait où que ce soit, elles étaient admirées toutes les deux, elles se complétaient tellement bien ! Kolina était fière, altière, puissante et majestueuse. Et davantage encore quand Maman la montait : elles s’éclairaient l’une l’autre.

C’était ce que Maman m’avait raconté et que je percevais quand je rentrais dans sa tête. Kolina ressentait une grande nostalgie de cette époque. Avant Duende et surtout avant moi. Maman avait jadis pour elle un temps et une attention sans mesure. Qu’elle n’avait presque plus désormais… Pourtant l’amour entre elles était encore là. Beaucoup de souffrance aussi. Des deux côtés. Maman savait qu’elle délaissait Kolina, malgré tout. Et elle sentait que Kolina était malheureuse de ça. Elle ne pouvait cependant pas faire plus. Du coup, voilà. Avec Kolina, c’était compliqué. Ce n’est pas nouveau !

Puis, on est allé voir Duende. Maman m’a mis dans la poussette, dans la carrière, comme elle avait déjà fait souvent. Avec lui, aucun risque. En général, même, il suivait la poussette. Cette fois-ci, il n’en avait pas très envie, pourtant. Il préférait brouter. Il ne boudait pas, mais était distant. Il en voulait lui aussi un peu à Maman d’être partie si longtemps. Et puis, c’était un gros gourmand. Il raffolait de l’herbe, ça le changeait du fourrage de son paddock, c’était plus frais et juteux. Il avait fait chaud et humide ces dernières semaines, presque pas de gelées. Du coup, l’herbe était épaisse et grasse, comme au printemps.

Ce soir, Papa est redescendu du ski, pour deux petites heures. En fait, la chaudière avait un souci que Maman n’arrivait pas à résoudre. Du coup, pas de chauffage et il faisait, malgré tout, plutôt froid. Sans chaudière, pas d’eau chaude non plus, ce qui compliquait considérablement la vie pour Maman et moi.

Jeudi 3 janvier 

Retour chez Nanou et chez Maëlys, c’était chouette aussi !

J’avais encore un peu le rythme des grasses mat des vacances. Ce matin, j’avais dormi tard, jusqu’à 8h30, du coup, pas de sieste du matin avant d’aller chez Nanou. Ça m’a manqué quand même…

J’ai refais une sieste le soir, et Maman a dû me réveiller à 21h30 pour le bibi. Elle avait peur que je ne fasse pas la nuit sinon.

Il faut que je reprenne le rythme normal… 

Vendredi 4 janvier 

Ce soir, ce fut Papa qui vint me chercher chez Nanou ! On était trop heureux tous les deux ! J’avais diné chez Nanou pour que ça ne fasse pas trop tard. Du coup bibi avec Maman et dodo de bonne heure pour je reprenne plus facilement le rythme. Mais à minuit, je me suis réveillé en hurlant. Ça m’est vite passé heureusement. Un peu mal au ventre et le changement d’habitudes peut-être…

Samedi 5 janvier

Maman a travaillé toute la journée et c’est Papa qui m’a gardé. Enfin de nouveau toute une journée avec lui ! <3

Dimanche 6 janvier

Je me suis encore réveillé cette nuit et levé tôt à 6h, puis redodo heureusement. Je me suis éclatée dans le cheval à bascule offert par tonton Pascal.

Je suis resté seul avec Papa toute l’après-midi car Maman travaillait pour rattraper les vacances. Quand elle ne travaillait pas, elle ne gagnait pas d’argent, alors elle ne pouvait pas trop faire de pause…

Semaine du 7 au 11 janvier 2019

Lundi 7 janvier

Je me suis encore réveillé à 6h, puis redodo jusqu’à 8h. Mes dents recommençaient à me faire mal… D’ailleurs le soir, elles m’ont de nouveau réveillé dans mon premier sommeil vers minuit…

Le lactarium est venu chercher le lait de Maman. Elle m’expliqua que c’était la dernière fois. Celui qu’elle continuait à produire et à tirer, c’était que pour moi.

Maman est allée voir Duende après m’avoir déposé chez Nanou. Elle avait besoin de le voir seule. Super pansage complet : ça faisait un moment, il ressemblait à mini-cracra. Puis Maman l’a monté en tapis, avec de nouveaux exercices et des révisions d’anciens. Il faisait tout bien. Galop en cercle, cessions à la jambe, hanches en dehors sur le cercle… Maman ne voulait pas en faire un cheval de dressage, mais elle souhaitait qu’il se muscle dans le bon sens, tout en étant agréable et facile à monter pour n’importe quel cavalier. Notamment moi, dans quelques années ! Et Dudu, il n’attendait que ça d’apprendre, ça tombait bien. Du coup, elle lui apprenait régulièrement de nouveaux exercices, monté plus qu’à pied désormais, car c’est dans cette discipline qu’il était le moins avancé.

Mardi 8 janvier

Réveil 6h, bibi, redodo jusqu’à 9h15.

Cette après-midi, alors que j’étais chez Nanou depuis le matin, Maman commençant les cours tôt, elle est allée voir Koko seule aussi. Elle ont fait une balade en tapis, avec même du galop. Koko en avait besoin. Elle adorait les balades avec Maman sur son dos…et Maman aussi !

Maman, qui avait été malade depuis mi décembre, ne toussait enfin plus. Moi, j’avais le nez qui coulait à cause des dents (rhino-dentaire), mais je ne toussais pas. On a enfin passé une super nuit tous les trois. 

Mercredi 9 janvier

Nanou étant en congés, c’est Papa qui me gardait, c’était chouette. Ça rattrapait le temps où il était au ski. 

Ce soir, il m’a couché juste avant que Maman arrive, j’étais trop cassé.

Jeudi 10 janvier

Maman a amené Kolina au terrain car elle devait réparer un piquet (plié par un voisin qui s’était mal garé !) et arroser toutes ses plantations. Je ne vous ai peut-être pas tout dit. Maman a planté plein de choses au terrain, ça va être chouette. Toutes les plantes grasses qu’elle avait chez elle, en pot, mais aussi une centaine de pieds de pittosporum, futur brise-vent contre la tramontane.

Puis Maman a pris un bain seule, avec moi à côté au sec. Elle m’avait mis dans le cheval à bascule offert par tonton Pascal à Noël. Elle m’a donné une brosse à dents toute neuve, juste pour moi. Je m’éclatais avec. C’était trop drôle, c’était doux et piquant à la fois.

Le soir, dodo avec Papa car Maman rentrait exceptionnellement encore plus tard que d’habitude.

Vendredi 11 janvier

Ce soir, j’aurai un an… Déjà !

Nanou trop trop gentille, est venue porter mon cadeau à la maison… On l’ouvrira ce soir, à l’heure de ma naissance !

Maman est partie chez Nadine, refaire un soin, comme en septembre, car elle est très, très fatiguée, à la fois physiquement (elle a traîné un rhume qui ne voulait pas passer depuis décembre) et moralement (un sentiment de raz le bol, d’être vidée et dépassée, surmenée, de ne pas arriver à faire assez de choses qui lui plaisent en plus de tout ce qui est obligatoire). Son mental prenait trop de place et l’empêchait de vivre l’essentiel. 

Sa vie spirituelle, notamment, était littéralement en berne… Elle se sentait déconnectée et voulait absolument retrouver son chemin, via ses guides, auxquels Nadine avait directement accès. Soin difficile pour toutes les deux, tant Maman était bloquée partout. Frustration réciproque. Maman en attendait tellement. Elle se posait tant de questions sur l’avenir. Tant de peurs la hantaient… 

Elles discutèrent beaucoup après le soin. Nadine lui donna des clés. Maman avait beaucoup trop de « il faut » dans sa vie. Elle devait en profiter davantage, se nourrir de ce qui la remplissait de joie : son fils, ses chevaux et son homme. Et se mettre moins de pression pour tout le reste. Facile à dire… Maman avait besoin de laisser mûrir tout ça.

Dans quelques semaines, elle pondra un texte intitulé :« Angelo, 1 an : du changement ! »

Maman rentra tôt du boulot (elle avait eu cours après le soin). Du coup, elle a cuisiné, pas seulement pour moi, pour les grands cette fois-ci. Cette activité manuelle la détendait. Moi, j’étais crevé. Mais je ne voulais pas faire la sieste du soir. J’ouvris enfin le cadeau de Nanou. Un livre avec de la feutrine qui cachait des animaux et que je ne pouvais découvrir qu’en soulevant le tissu.

Et un super beau camion de pompier en bois avec une livre pour lire l’histoire qui allait avec. Trop, trop beau ! Exactement ce que Maman voulait pour moi.

Ce soir, j’eus de nouveau mal aux dents… La 2ème en haut à gauche était en train d’arriver. Je me suis réveillé avant 4h. Maman essaya de me bercer pour que je cesse de pleurer. Elle voulait essayer de ne plus donner de bibi la nuit maintenant. Mais au bout d’une heure sans succès, elle céda. Ce fut radical. Je me suis rendormi aussitôt jusqu’à 8h ! Comme quoi, le bon lait de Maman, pris dans ses bras, même à 1 an, il n’y avait que ça pour apaiser un bébé la nuit.

Me voilà un grand bébé, mais encore un tout petit garçon qui avait énormément besoin de l’amour de ses parents et de ses proches. Je grandissais en me nourrissant (aussi) de cet amour immense et inconditionnel <3 <3.

Compétences

Posté le

5 janvier 2020

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

leo id Phasellus id, eleifend ante. Aenean vel, felis