Sélectionner une page

JOURNAL DE BORD D’UN PETIT ANGE tombé sur Terre -14-

EPISODE 14 : MON 14ème MOIS

– je pèse 11,5 kg et je mesure 75 cm –

Lundi 11 février 2019 au soir, j’ai eu exactement 13 mois.

Semaine du 11 au 17 février 2019

Mardi 12 février 

Réveil 7h, avec un peu de température (38°)… Elle est montée un peu dans la matinée. Je suis quand même allée chez Nanou, pas le choix.

Comme Maman finissait tard, Nanou m’amena chez le docteur en même temps que Maëlys. Les deux pour le prix d’un ! Maëlys, pauvrette, avait 40°. Moi, ça allait mieux. En fait, j’ai attrapé le rhume viral que Maëlys avait ramené de l’école et qui la travaillait depuis une semaine ! Entre Maëlys, Papa et moi, c’est jamais 2 sans 3 !!!

Le soir, j’allais mieux quand même. Bibi, dodo, avec Maman. 

Mercredi 13 février

Petit changement aujourd’hui, soirée avec Oma ! Elle est venue pour des raisons pragmatiques d’abord : donner un coup de pouce à Maman et me permettre de rentrer plus tôt le soir. Elle est aussi simplement venue nous voir et nous permettre de passer du temps ensemble ! 

Du coup, Nanou m’a ramené à la maison après mon diner et est restée avec Oma et moi jusqu’à l’arrivée de Maman. Comme ça les retrouvailles avec Oma ont pu se faire en douceur.

Un fois que je fus au lit et Oma aussi (ce qui est très rapide, vue l’heure tardive), Maman essaya de faire un peu de sport. Elle se sentait rouillée… Contracturée… Sur les nerfs. Un peu de pilates, en s’aidant d’une vidéo Yotube… En plus ça l’a aidé à mieux dormir.

Jeudi 14 février

Ce matin, je me suis tapé une super sieste, de 9h30 à 11h. Une fois que je fus endormi, Maman est partie changer les pneus arrières de son carrosse. Quand je me suis réveillé, elle était déjà rentrée. Oma et Maman m’ont accompagné toutes les deux chez Nanou, pour que je m’habitue à ce que Oma s’occupe de moi.

Le soir, j’étais énervé ! Ce fut Oma qui vint me chercher chez Nanou, à 18h comme d’habitude. Elle me fit le bain, mais ensuite, je n’ai pas voulu manger. 

Vers 21h, Maman est enfin rentrée et m’a couché. Mais au bout de 30 minutes, j’étais de nouveau réveillé. Je déchargeais… La journée n’avait décidément pas été comme d’habitude. Du coup, mes nerfs lâchaient…. Je pleurais, je pleurais, je pleurais… Je n’y pouvais rien, c’était plus fort que moi. Maman ne pouvait rien y faire non plus… Elle finit par abandonner. Même dans ses bras, je me contorsionnais en hurlant… Elle me posa dans mon lit, impuissante. 

Elle devait tirer son lait, elle était fatiguée, elle aussi. Une fois seul, je serrais fort mes peluches dans mes bras, en « tchouquant » ma suçu… Sans contact parasite, je me suis calmé rapidement et suis tombé dans les bras de Morphée…à défaut de ceux de Maman. Il avait quand même fallu une heure entre mon réveil en sursaut et mon retour au dodo, à 22h45.

Quelle belle soirée de St Valentin, n’est-ce pas ???

Vendredi 15 février 2019

Je me suis réveillé tôt, comme Maman, à 7h. Mais je me suis rendormi car il me manquait quelques heures de sommeil au compteur. Maman m’amena chez Nanou vers 11h, puis elle va arroser au terrain et s’occuper de Koko et Dudu. Elle n’y resta pas très, très longtemps, car elle devait tirer son lait.

Le soir, Oma vint me chercher de nouveau à 18h et me fit le bain et le repas. Ce fut de nouveau Maman qui me donna le bibi. Je me suis endormi vers 21h30 et j’ai fait toute la nuit (presque !).

Maman en a profité ce soir, malgré la fatigue, pour refaire du pilate avec une vidéo youtube. Séance d’abdos, car elle trouve qu’elle s’empâte depuis que j’ai un an et qu’elle fait moins de lait. Plus de boulot assis, plus de fatigue, plus de stress, moins de traite donc moins de lait…

Il faut qu’elle se fasse une raison, je ne suis plus un nourrisson, même si je bois deux bibis de 300 mlL par jour. Et même si ce n’est plus sont lait à 100%, je me porte très bien :-).

Samedi 16 février

Réveil en pleurs à 6h, je me suis ensuite rendormi jusqu’à 7h, une fois ma couche changée.

Maman a essayé de me recoucher avant de partir avant 9h (pour ma sieste du matin), mais je sentais que ça la stressait de me laisser dès le matin avec Oma. Du coup, je stressais aussi et me mis à hurler. Elle devait partir, pas le choix. On a eu le cœur arraché tous les deux de se séparer ainsi si tôt dans la journée. 

Dès que Maman fut partie, Oma me prit dans les bras et me chanta des chansons. Je me suis calmé rapidement. Mais pas question de faire la sieste avant d’aller chez Nanou.

Même si Oma était là, Maman préférait que j’aille chez Nanou, au moins pour le repas de midi et la sieste pour que je garde mon rythme et ne sois pas trop perturbé par tous ces changements. Pas de Papa, Oma à la maison, etc. Maman avait raison : je l’aimais bien Oma, mais elle ne m’étais pas familière comme Nanou.

Nanou m’a ramené après la sieste pour faire le goûter avec Oma et moi. Elle a montré à Oma comment me faire manger. Car pour l’instant, je ne voulais pas avec elle.

Puis Oma me balada et joua avec moi. Elle me parlait dans une autre langue, différente de celle de Papa et Maman et Nanou. C’était rigolo, je découvrais des sons que je ne connaissais pas :-). 

Soirée normale, apaisée. Nuit idem.

Dimanche 17 février 

Réveil 8h, nickel. J’ai laissé dormir un peu maman. Comme elle savait que j’adorais faire de la pâtisserie, elle me laissa faire la dînette 😉

Au lieu de me mettre au dodo du matin, Maman montra son grand terrain à Oma. Crevé, j’ai dormi dans la voiture… Mais comme ensuite j’étais plus fatigué qu’après une sieste à la maison, j’ai fait la vie à Maman pour le repas. En m’empêchant de dormir ma sieste normale ce matin, elle m’a involontairement mis sur les nerfs… Je pleurais, je refusais, je piquais des colères. Du coup, elle m’a pris sur ses genoux, sans s’énerver, pour me faire manger dans ses bras… Elle était un peu triste car c’était le seul repas de semaine qu’elle pouvait me donner. Mais elle avait conscience que j’étais très fatigué.

Ensuite gros, gros dodo, de 12h30 à 16h30. Maman est partie dès que je fus endormi. Elle avait rendez-vous au cheval avec Loreena. Elles ont fait une super balade à la plage avec Koko et Dudu. Maman, bien sûr, a monté sa grande Kolina et Loreena mon petit farceur de Duende. Ils étaient en forme tous les deux, les loulous. Maman et Loreena étaient super heureuses. Elles ont beaucoup trotté et galopé. A la plage, tout le monde s’est éclaté!:-) 

Maman est rentrée juste à l’heure de mon goûter, avec Loreena. Son papa est venu la chercher ensuite. On était bien tous les cinq dans la véranda ensoleillée… On y est resté un moment, tranquilles.

Avant que son Papa arrive, Maman a demandé à Loreena si elle pouvait regarder mon aura et celui de Oma. Elle le fit avec grand plaisir. La mienne était blanche et toute neuve, douce, uniforme. Normal, je suis un bébé ange:-).

Celle de Oma était bleue. Loreena n’en n’avait jamais vu une comme ça. C’était un bleu froid, plutôt étrange.

Quand ils furent partis, Papa ne tarda pas à arriver ! Je fus trop heureux de le revoir enfin ! Il voulut me faire le bain, mais j’avais très mal au « cucu », très, très mal. Il était rouge et tout entamé… Impossible de m’assoir dans le bain, j’avais vraiment trop mal… A en pleurer. Le repas fut difficile. Trop de changements aujourd’hui. 

A 21h, je dormais à poings fermés, épuisé par cette journée trop atypique ! J’étais encore un bébé, j’avais besoin de rituels, d’horaires fixes, de stabilité… Sinon mon cerveau disjonctais et je déchargeais… Mais là, il n’y avait pas que ça… (à suivre)

Papa repartit à 21h30 pour « travailler au ski ». Il avait super envie de nous voir et avait fait beaucoup de route pour passer un bout de soirée avec nous <3 <3 <3. 

Semaine du 18 au 24 février 2019

Lundi 18 février

Aujourd’hui, j’ai retrouvé un peu mes marques. Réveil 7h, sieste de 8h45 à 9h45, nounou à 10h avec Maman. J’ai beaucoup dit « Maman » et « Papa » toute la journée et je savais très bien qui était qui.

Oma m’a récupéré après le goûter. On a bien joué ensemble de nouveau. Je me lâchais de plus en plus partout. Je sentais que j’allais bientôt marcher pour de bon.

Par contre, j’avais le cucu à vif et très mal aux dents. Lorsque Maman fut de retour pour me mettre au dodo, je pleurais pendant le bibi. Maman me massa les gencives avec une pommade que je connaissais depuis longtemps (pensoral). Déjà quand mes gencives dédoublaient, il y a des mois (vers 4 mois), elle me massait avec et ça me faisait beaucoup de bien. J’ai quand même fini par dormir vers 21h.

Mardi 19 février 

Réveil vers 7h30, du coup pas le temps de faire une sieste matinale. Maman voulut absolument m’amener voir Duendinou avec Oma. J’ai adoré être assis dans l’herbe, cueillir des brins et fouetter avec la badine de Maman. C’était drôle, c’était comme si mon bras était devenu très, très long, plus long que mon corps tout entier. Je pouvais toucher des trucs très loin, je me sentais très fort et puissant. Comme Maman quand elle montait Koko (sans badine par contre…).

Je m’éclatais aussi quand j’étais dans les bras de Maman et qu’elle faisait galoper Duende autour de nous. D’autant que c’est moi qui tenais la badine ! C’était donc moi qui le faisait galoper. Ça me faisait crier et rire à gorge déployée !!!

J’ai ensuite monté Duende que Maman avait préparé. Oma a pris plein de photos du coup, c’était top ! 

On n’avait cependant pas beaucoup de temps. On est reparti pour être chez Nanou vers 11h pour mon repas. Puis Maman et Oma sont allées au terrain pour planter des arbustes qui restaient. Oma piochait, Maman plantait. Elles allaient vite à deux, super travail d’équipe 🙂 !

Oma me récupéra après ma sieste et mon goûter chez Nanou. Maman rentra du travail en ne se sentant pas bien du tout. Elle avait presque 39° de fièvre. Oma trafiqua beaucoup à la cuisine (vaisselle, cuisine). Ça énerva beaucoup Maman qui était épuisée et avait besoin de silence. Elles se fâchèrent… 

Mercredi 20 février 

Réveil 7h, bonne nuit pour moi. Sieste de 8h30 à 9h30. Pendant que je dormais, ce matin, j’ai laissé Oma et Maman s’expliquer et se réconcilier. En fait, Maman était épuisée ces temps-ci, en l’absence de Papa…

Chez Nanou, avant la sieste, je chantais comme Oma qui avait beaucoup chanté pour me bercer et me calmer pendant son séjour. Ça a fait rire Nanou, mais pas trop longtemps car il fallait que je dorme.

Oma m’a récupéré comme les autres jours après le goûter. 

Maman rentra plus tôt. Elle m’a fait le bain après le repas avec Oma. Mes fesses allaient un peu mieux grâce à la crème conseillée par Nanou et achetée aujourd’hui par Oma (oxyplastine).

Moi, je répétais tout ce que j’entendais, ce qui fait bien rire Oma et Maman.

« Allez !», quand je montais l’escalier. « Merci ! », quand je donnais des choses. « Tête !» quand Maman me touchais la tête. « Hop !», pour paraphraser Maman, qui le disait à tort et à travers pour ponctuer tous ses faits et gestes.

Jeudi 21 février

Lever 7h30, je commençais à me poser un peu. Sieste de 9h à 9h45.

Maman m’amena chez Nanou avec Oma et c’est là qu’elle nous dit au revoir. Elle allait rentrer dans sa grande maison de Blanzat et y rejoindre Grand-Pa.

Maman alla ensuite au terrain réparer un morceau de clôture et arroser les nouvelles plantes.

J’ai rechanté avant le dodo chez Nanou, hihi !

C’est Maman qui est venue me chercher vers 20h chez Nanou. Tout va bien, j’ai déjà mangé chez Nanou, avec Maelys. 

Vendredi 22 février

Je ne sais pas si c’est parce que je suis resté tard chez Nanou ou qu’Oma est partie – et que du coup Maman est plus calme -, en tout cas, pour moi, grasse mat jusqu’à 8h30. Maman a pu souffler un peu.

Elle est allée voir ses chéris poilus ce matin. Koko montée en carrière, en tapis : galop en cercle pour se remuscler. Bon pansage, bisous, coiffeur pour Duende :-).

Cette semaine, grâce à Easy cash, Maman a vidé du bazar du garage (microonde, imprimante, lecteur DVD)…contre quelques sous. 

Ce soir, comme Maman est venue me chercher très tard chez Nanou (21h), j’ai tapé un roupillon après le dîner chez elle. Du coup, je n’étais pas trop épuisé au retour à la maison.

Samedi 23 février

C’était presque les vacances !!!

Comme Loreena était malade, Maman commença plus tard. Le malheur des uns… Du coup, Maman m’amena à la plage avec la poussette, il faisait beau.

On est allé dans le sable, j’ai joué.

Maman me sortit de la poussette sur le chemin de balade. Je me tenais bien debout et j’ai fait quelques pas en lui tenant les mains. C’était cool.

Elle m’avait mis sa casquette grise qui allait avec mon jogging molletonné, super confortable, et gris lui aussi .

On est allé chez Nanou que pour le repas de midi. 

Le soir, Maman m’a récupéré à 20h. J’avais mangé chez Nanou et je me suis endormi tranquillement à 21h.

Dimanche 24 février

Réveil 7h, je pétais le feu :-).

Ce matin, pas de sieste ! On avait rendez-vous avec Grazie aux écuries ! Maman prépara vite Dudu et monta dessus. On est parti en balade tous les quatre. Maman sur Dudu, moi dans ma poussette, avec Graziella comme chauffeur :-). Direction le terrain que Maman voulait montrer à Grazie. 

Au terrain, il y avait un gros tracteur très bruyant et qui me faisait peur. En fait c’était David, une connaissance de Maman qui nettoyait le terrain. Maman et lui avaient conclu en accord sympa. David avait des juments et des poulains à nourrir (il était éleveur de chevaux lusitaniens) et possédait le matériel pour faire du foin. Maman avait trop d’herbe et ne pouvait pas nettoyer un hectare toute seule. Du coup, il faisait le foin sur son terrain pour ses chevaux. Aujourd’hui, il nettoyait car il y avait des chardons et autres « mauvaises » herbes qui vont « polluer » le foin. J’ai mis des guillemets car ces termes « négatifs » ne le sont que du point de vue humain et en considérant la future récolte de foin. Ce champ était un ancien champ d’artichauts. Normal qu’il y ait des repousses de chardons (même après presque 20 ans sans culture !)

Maman voulut me mettre sur Duende pour montrer à Grazie quel formidable cavalier en herbe j’étais ! Mais j’avais peur. Pas de Dudu, mais de ce bruit et de cet engin effrayant. Du coup, comme je pleurnichais à moitié et ne manifestais pas du tout de plaisir, Maman n’insista pas. Nous sommes rentrés aux écuries et, là bas, je me suis baladé comme une grand sur Duende, sous les yeux émerveillés des Grazie.

En plus, comme rien n’est dû au hasard, c’était justement aujourd’hui que la Maman de Magali avait décidé de rendre visite à sa fille. Elle avait vu un autocollant avec le symbole de l’église chrétienne évangélique (une sorte de poisson) sur la voiture de Grazie et elle était venue lui en parler… Elles avaient la même religion toutes les deux 🙂 !

La maman de Mag m’a trouvé magnifique et digne porteur de mon prénom <3.

Maman me mit un peu debout dans l’herbe, toujours avec ma casquette ! Il ne fallait jamais loupé une occasion pour s’entrainer à la marche !

Puis on est rentré à la maison tous les deux ..

Lors du repas, j’en ai fait baver un peu à Maman. Au début du repas, je gardais la nourriture dans la bouche. Je vous expliquerai plus tard pourquoi. Du coup, Maman m’a grondé, alors j’ai mangé sans plus trop rechigner. 

Juste après ma sieste, hop !, Maman m’a de nouveau enfourné dans la voiture. Quelle journée mouvementée ! Et dire que je n’avais dormi que deux heures cette après-midi, sans sieste ce matin… On est allé chez Mamie. Etant donné que Papa était absent, je n’y étais pas allée hier, alors que le samedi c’était pourtant notre sacro-saint rituel ! Du coup, Maman prit le relais. On a fait le goûter là-bas et j’ai pas mal joué, comme d’habitude… Je suis resté beaucoup debout et ai pas mal à marcher, devant une mamie aussi émerveillée qu’heureuse.

De nouveau en voiture, le sommeil m’a emporté dans ses bras douillets. Maman s’est arrêté pour arroser le terrain. Moi, j’étais dans une autre dimension, bien au chaud dans mon siège auto.

Ce soir, pas faim, vite au dodo. 

Les nerfs fatigués par cette journée à 100 km/h, je me suis réveillé à 22h30…

Semaine du 25 février au 3 mars 2019

Lundi 25 février

Nanou était en congés. Du coup, je suis resté avec Maman :-). Le matin, quand elle m’habillait, je jouais avec la boîte à musique de Noël !

Ensuite, je faisais de gros câlins à mon énorme nounours <3.

On est retourné au terrain, au moment où je faisais habituellement ma sieste du matin. Maman devait voir un monsieur pour lui expliquer où mettre des piquets pour faire l’entrée du terrain. Ensuite, elle a arrosé encore une fois, en me laissant gambader dans l’herbe. C’était trop bien !:-) La liberté absolue… Je tenais debout, mais pas à 100% du temps. J’étais fasciné par l’eau que Maman mettait au pied de chacune de ses plantes, arbres et arbustes. Ça brillait, c’était trop rigolo. Et quand je mettais la main dedans, ça faisait « splatch » comme dans le bain. J’adorais !!! Et j’ai découvert un nouveau truc inédit : le goût merveilleux de la terre, lorsqu’on la gobe à plat ventre ! Mdr !

Pendant ma sieste, ensuite, Maman a fait les bagages. J’ai été sage comme une image. Elle m’a expliqué, ce matin, qu’après la sieste, on partait voir Papa… Il me tardait tant, que je ne l’ai pas dérangée… Afin d’être sûr qu’on puisse partir et que le départ ne soit pas différé à cause de moi. 

Après le goûter, Maman a chargé la voiture. Je l’ai regardé très sagement, debout sur le pas de la porte, la cravache à la main ! Allez ! Que ça saute, Maman !

Le trajet passa vite. J’ai dormi deux fois. Grâce à la suçu, le changement d’altitude ne me gêna pas, au niveau des changements de pression dans l’oreille interne. On est arrivé à 18h30, trop heureux tous les deux de retrouver Papa :-). Maman avait mal au dos ce soir. Pas vraiment étonnant… Entre l’arrosage, les bagages et moi, elle l’avait beaucoup malmené ces derniers jours.

Mardi 26 février

Papa et Maman m’ont fait les rituels comme à la maison. J’ai bien dormi, dans le parc. Réveil à 7h, comme Papa, qui devait travailler. Grosse sieste matinale.

Maman attaqua le tri des photos, dans lequel elle avait pris bien du retard. Elles dataient du début de mon 11ème mois, le 11 novembre, il y avait de cela plus de trois mois.

Ensuite, repas. Comme j’ai dormi tard ce matin, elle m’emmena au parc pour enfant avant la sieste de l’après midi. On y a fait de la balançoire pour la première fois, c’était super rigolo.

Je portais aussi mes nouvelles chaussures, ma première paire en somme. Il s’agissait de grosses baskets montantes et étanches, bien lourdes aux pieds. Comme il y avait de la gadoue et de la neige fondante par terre, Maman ne me laissa pas vraiment marcher seul. Elle me tint beaucoup dans ses bras, ou m’asseyait dans la poussette.

Je n’eus vraiment pas envie de retourner faire la sieste après. Trop excité par cette nouvelle vie, ici, l’air montagnard, l’altitude. Maman finit le texte sur l’allaitement, le II : de 6 mois à 1 an.

Après le goûter, on est allé à l’école de ski où travaillait Papa. Maman était super fière. Comme on était en avance, on attendait tranquillement sur la terrasse dehors. Il faisait bon et j’étais bien habillé. Je m’éclatais à regarder, par les trous de la barrière, les gens qui glissaient sur ce grand, grand tapis tout blanc. Maman était super fière de me voir marcher tout seul comme un grand:-).

Ensuite, Papa est arrivé à l’école de ski. Trop heureux de nous voir.

Il nous a présenté aux secrétaires de l’école de ski. Puis au directeur et à ses collègues. Papa et Maman étaient merveilleusement fiers.

Puis on est allé tous les trois dans un magasin, tenu par des amis de Papa. 

J’ai reconnu le monsieur 🙂 Cet été, il mangeait lui aussi au Trayou, le restaurant de plage qui se trouve juste à côté de là où travaille Papa et où on a déjeuné avec Papa et Maman. Il a une fille, avec des yeux bleus magnifiques, qui s’appelle Nicolina :-). 

On a acheté une luge pour moi : une luge de bébé avec un dossier. On l’inaugurera demain ! 

Cette nuit je me suis endormi vers 20h30. L’air de la montagne sans doute ? Mais Maman m’avait couvert comme à la maison, alors qu’ici les voisins du dessous chauffaient à bloc, même la nuit. Du coup, il faisait chaud. Je me suis réveillée le dos trempé. Du coup, Maman m’a mis juste en body sous la turbulette, pas de pyjama. Je me suis rendormi nickel.

Mercredi 27 février

Je me suis réveillé de nouveau tôt comme Papa, du coup sieste de 8h30 à 10h. Maman a téléphoné pour prendre rendez-vous chez le docteur car mon ongle ne guérissait pas. Puis on a fait les courses ensemble. 

Et ensuite on est allé faire de la luge en bas de P2000, un petit moment, avant le repas. Je répétais beaucoup « dodo », car j’étais un peu fatigué

Après le repas, j’ai refais en effet un gros gros dodo de 13h à 16h. Maman a continué le tri des photos de mon 11ème mois…

Au goûter, Maman m’a fait tenir la cuillère 🙂 et j’ai mangé presque tout seul.

Maman m’a ensuite amené aux airelles, rejoindre Papa : on a dit « Bonjour » aux moniteurs et on a fait de la luge. J’ai même dis « Bonjour » tout seul à un moniteur. Papa était mort de rire. 

Jeudi 28 février.

Ce matin, on est allé chez le médecin puis à la pharmacie pour se procurer du produit contre les mycoses. En fait, je transpirais beaucoup des pieds l’hiver et ça plaisait aux petits champignons ! Sauf que Maman les petits champignons sur mes pieds ça ne lui plaisait pas du tout par contre !

A midi, j’ai mangé en tenant ma cuillère, avec Maman. Ça me plaisait trop ! Maman m’avait fait de la polenta à l’oeuf et à la ratatouille :-). Mhhh ! Je me suis régalé.

J’ai refais une méga sieste ensuite. Maman en a profité pour trier les photos du 12ème et 13ème mois du coup.

En fin d’après-midi, on est retourné faire de la luge aux airelles.

Maman me montait en haut de la pente, puis lâchait la luge jusqu’à ce que j’arrive à Papa. La luge prenait de la vitesse, de la vitesse !, j’adorais ça ! Par contre, quand je ralentissais et que je m’approchais de Papa, je n’aimais pas du tout que ça ralentisse et finisse par s’arrêter. Du coup, je faisais le « boutête » ! 

Je me suis trop éclaté pour le plus grand bonheur de mes parents !

Vendredi 1er mars.

Maman m’a fait faire un grand tour de luge ce matin dans la forêt. On a croisé une autre maman qui promenait deux enfants dans une grande luge. Avec Maman, on est allé loin dans la forêt. C’était joli, la luge glissait que la neige tassée à moitié fondue. Il faisait assez chaud pour la saison. 

Maman a dû soulever la luge avec moi dedans, car le chemin était plein de terre par endroits, la luge ne glissait plus. Et là, boum, elle s’est bloquée grave le dos, pliée en deux ma petite Maman:-(… A cause de son cher poids lourds !

Je ne suis pas arrivé à faire la sieste aujourd’hui. Je pense que j’étais décalé. On est rentré tard de la balade, j’ai mangé tard… Du coup, j’ai perdu le rythme. Maman a dû me bercer longtemps et me faire un bibi. J’ai dormi de 15h30 à 18h. Jusqu’au retour de Papa !

Pendant ce temps, Maman a enfin totalement fini le tri des photos. Puis elle a commencé les bagages… Dur, dur, avec le dos en vrac. Quand Papa est rentré et mon goûter fut fini, on est allé faire de la luge tous les deux. Maman a pu tranquillement finir les bagages. Ensuite, Papa a chargé les bagages, parce que Maman souffrait le martyr avec son dos. J’ai dîné avec elle pendant ce temps, puis on est parti en voiture tous les deux.

Une fois de retour à la maison, après la longue route, j’ai pris mon bibi à 21h30 , puis suis parti au dodo à 22h sans problème. Trop heureux de retrouver mon lit et mon chez moi <3.

Samedi 2 mars

Réveil comme d’habitude, même si c’est le week-end et qu’il n’y avait pas Papa qui partait au boulot.

Pas le temps de faire la sieste car Maman a rempli les bouteilles pour l’arrosage, puis on est allé à Carrefour Château-Roussillon pour développer les photos que Maman a triées (du 11ème au 13ème mois). Comme elle ne voulait pas que je mange la chaîne du chariot, elle me donna un petit pain fait maison, que j’adorais. On est rentré tranquillement pour l’heure du repas.

J’ai eu du mal à m’endormir pour la sieste, peut-être l’excitation de la sortie de ce matin. Après le goûter, on est parti pour le terrain avec maman. Elle en a bavé avec son dos bloqué pour mettre les bouteilles, puis m’enfourner à mon tour dans la voiture. Comme il ne pleuvait pas, il fallait arroser tous les arbres au terrain. Maman les a fait pousser en pot depuis des années, pas question de les laisser mourir de soif maintenant !

Moi je me suis éclaté au terrain : j’ai marché, j’ai fait du quatre pattes, je me suis mis plein de terre, bref, je me suis régalé :-). Maman m’avais mis un pantalon et une veste imperméable s,comme ça je me suis moins sali les vêtements.

Quand je fus très fatigué et que je n’en pouvais vraiment plus, elle me mit dans la voiture pour que je me repose, dans mon siège, une fois les mains lavées, avec Doudou et suçu. Ouf, ça m’a fait du bien. 

Soirée normale…

Dimanche 3 mars

Au fait, aujourd’hui c’était l’anniversaire de Nanou, elle fêtait ses 30 ans le 3 /03 !

Ce matin, après la sieste et avant le repas, on est parti voir les chevaux avec Maman. On a d’abord joué avec les chiens, j’adorais ça ! En fait, il y avait deux chiens, deux dogues allemands : Kéké (le garçon) et Jaja (la fille). Ils me dépassaient d’une tête, largement, mais j’avais trop envie de jouer avec eux. Maman me laissa vadrouiller un moment parmi eux.

Comme, du coup, j’ai mangé un peu tard, je me suis décalé de nouveau et Maman a dut me bercer, me bercer, me bercer… Je n’ai réussi à m’endormir qu’à 14h30 du coup.

Après le dodo, on est parit faire le goûter chez Mamie qu’on n’avait pas pu voir hier. On a vu mon cousin Eric, sa femme, Sophie, et son père Pierre. Ils n’habitaient pas là, Eric et Sophie. Ils étaient rentrés au bercail comme à chaque vacances scolaires. Leur petite routine familiale.

Quant à nous, routine du soir en rentrant à la maison.

Semaine du 4 au 10 mars 2019

Lundi 4 mars.

Réveil tôt, 6h30. Maman fut ravie ! Elle m’a refait dormir avant d’aller chez Nanou, j’étais crevé… J’y suis resté jusqu’à 20h du coup, Papa étant absent et Maman au boulot. Ce soir là, j’étais toujours extrêmement fatigué : réveillé trop tôt, petit ange. Je me suis endormi dans les bras de maman en buvant mon bibi…

Mardi 5 mars

Je me suis réveillé à 6h, mais Maman me laisse m’amuser tout seul jusqu’à 7h. Elle a raison, je suis bien dans mon lit.

Encore grosse journée chez Nanou, jusqu’à 20h, comme hier. J’étais très excité le soir, je parlais beaucoup et je courais partout. Mais je me suis quand même endormi paisiblement et rapidement.

Mercredi 6 mars

Journée lambda… Maman est allée arroser entre deux cours. J’ai dis beaucoup « Nanou », « Ninou », « Nounou », toute la journée.

Nanou, justement, m’a appris à faire la bouche en cœur pour faire des bisous qui ne font pas mal, des bisous sans les dents, sans ouvrir la bouche en grand !

Jeudi 7 mars

Nouvelle grosse journée chez Nanou : 9h30 – 19h30. Ce serait comme ça tant que Papa était absent… De nouveau épuisé le soir, du fait d’avoir manqué la sieste du matin et d’avoir passé toute le journée chez Nanou, avec Maelys et Zoé.

Vendredi 8 mars

Ce fut un peu moins la course, ce matin, avant d’aller chez Nanou. Avec Maman, on a arrosé tous les deux le jardin, les bacs de fraises, les framboises, les pomme de terre, le mandarinier et le clémentinier. Je me suis éclaté à me balader entre les bacs. C’était super pratique, je pouvais me tenir si besoin… Et surtout, ça faisait comme un labyrinthe super rigolo.

Après son premier cours, avec Loreena, Maman avait une pause d’une heure : elle en a profité pour aller faire un câlin à Koko et Dudu. C’était mieux que rien. Ils se transmettaient ainsi simultanément leur amour…

Le soir, Maman est de nouveau rentré très tard. Avant qu’elle vienne me chercher. Nanou m’a lu une belle histoire, tout à fait appropriée. Il s’agissait d’un baleineau dont le papa était parti longtemps dans le grand Nord pour aller chercher à manger pour la famille… Le baleineau attendait, attendait… Et quand son papa revint enfin, le petit baleineau fut heureux comme jamais. C’était un peu mon histoire, en somme…

Surtout que mon Papa, il était rentré ce soir, on est arrivé en même temps à la maison !!! Maman et Nanou me l’avaient dit ! Et j’avais répété « Papa » en boucle toute la journée. Trop heureux ce soir !!!

Samedi 9 mars

Dodo jusqu’à 7h30. A 9h, Maman a mis 45 minutes pour que je me rendorme pour la sieste du matin. J’avais trop envie de rester avec Papa et Maman.

En route pour le boulot, Maman a téléphoné à Clarisse qui proposait un nouveau soin très intéressant : « l’hypnose spirituelle ». Clarisse mettait en contact le patient avec son âme, grâce à une modification de son état de conscience.

Après le goûter, avec Papa, on a repris enfin notre sacro-sain rituel : visite chez Mamie, super heureuse de revoir simultanément son fils et son petit fils. Elle se demanda pourquoi j’avais deux boutons sur la tête. Papa aussi. Maman pensait que je m’étais fait piquer par des moustiques ou un autre insecte, au jardin, hier matin.

Dimanche 10 mars.

Ce matin, je me suis réveillé à 7h avec de la fièvre et plus de boutons que la veille (38,5°). Papa et Maman durent se rendre à l’évidence. Ma chérie Maëlys m’avait fait cadeau de sa varicelle, qu’elle a eu deux semaines plus tôt ! Aïe, aïe, aïe…

J’ai refait un long dodo de 10h à 12h.

Après le repas avec Maman, j’ai arrosé le jardin avec elle.

J’ai eu du mal à m’endormir à la sieste. La fièvre, le mal être et les boutons qui me démangeait terriblement. Je n’étais pas bien du tout…

J’ai finalement dormi de 15h à 17h30. Maman a recopié au propre des textes pour Grand-Pa. C’était bientôt son anniversaire. Un des écrits parlait de moi et de la famille…. (voir texte « Angelo et la famille » « Angelo a renoué mon lien avec la famille, ill m’a redonné le sens de la famille »)

Maman est ensuite partir en cours (pour son élève Clara qui préparait son TPE). En rentrant, elle s’est arrêtée arroser à son terrain et finir une clôture. 

C’est Papa qui me donna le dîner, en attendant le retour de Maman. Mais je n’avais pas faim. Ce fut Maman qui me donna le bibi, j’en bus un peu…

Nuit agitée… Je me suis réveillée à 3h, brûlant de fièvre. Heureusement, il existait le sirop magique qui enlevait le bobo et même la fièvre. Maman me donna aussi le reste du bibi et me berça un long moment… Avant que je me rendorme…un peu.

Semaine du 11 au 17 mars 2019

Lundi 11 mars 

Ce soir, j’aurais 14 mois, mais je peux vous dire que ce n’était pas ma fête !

Je me suis réveillé à 6h, pas bien du tout. Bibi. Puis je me suis rendormi de 8h30 à 10h, puis de nouveau de 12h à 12h45…

Papa, du coup, a pris sa journée pour garde d’enfant malade.

On a passé une sale après-midi. J’étais mal, brûlant, ça me démangeait. Je me sentais possédé par les démons. J’avais le feu en moi et sur la peau. Je vous assure, je ne souhaitais la varicelle à personne. Heureusement que, plus grand, je ne m’en souviendrais plus…

Maman, le matin, a fait comme elle avait prévu. Elle est allée voir ses dadous. D’abord Dudu. Elle l’a fait travailler. Monte en tapis : apprentissage à se mettre sur la main, cercle au pas, trot et galop. Puis balade détente 20 minutes, super top :-).

Puis ce fut au tour de Koko. Elle boudait souvent quand maman venait voir les deux chevaux. Elle voulait rester dans le paddock à manger alors que Duende venait chercher des câlins. Du coup, Maman prenait généralement Dudu en premier et laissait Koko manger tranquille. Elle la monta en carrière car Koko avait besoin de se remuscler. Elle lui demanda de bien monter le dos au trot et au galop. Koko adorait ça. Et Maman était trop contente que sa Koko rebosse si bien, avec sa belle énergie d’antan. Maman avait retrouvé sa boule de dynamite !

Comme j’étais super mal, Papa m’amena chez le docteur. En fait, comme ils se connaissaient depuis longtemps, le docteur avait dit à Papa qu’il pouvait l’appeler sur son portable pour avoir rendez-vous le soir, même si la secrétariat disait que c’était complet. En plus, Maman avait eu sa fille – une autre Clarisse – en cours il y avait quelques années. Alors ça ouvrait quelques portes et tant mieux pour moi. 

Verdict sans surprise. J’avais bien la varicelle…

Comme on y était allé à 19h, Papa n’avait pas pu aller ensuite à la pharmacie pour chercher les médicaments. Il n’avait pas pensé à aller à celles de garde. Vu mon état, il ne lui tardait qu’une chose, me ramener à la maison. 

Mais sans antihistaminique pour calmer les démangeaisons, c’était intenable !!!Quand Maman rentra du travail à 21h, évidemment, je ne dormais pas. Comment voulez-vous que je dorme avec de feu partout, en moi, sur toute ma peau ? Une horreur… J’ai passé une des pires nuits de ma vie !

A minuit, finalement, épuisé par les pleurs, je me suis effondré dans le sommeil. Mais le répit ne fut que de courte durée. Je me suis réveillé en hurlant de douleur dès 1h30. Papa et Maman me bercèrent à tour de rôle jusqu’à 3h. Impossible de me calmer. Je ne supportais aucun contact. Les bras, c’était juste un supplice. Maman et Papa étaient complètement désemparés.

Maman me mit même dans le lit à côté d’elle, dans ma chambre, pour essayer de me calmer, sans me toucher. Elle avait compris que ma peau n’était que souffrance. Je me cabrais et me jetais partout, contre le matelas, les coussins, comme si j’étais possédé par le diable…

Maman eut peur que je me tape violemment la tête contre le mur ou la tête de lit. Du coup, elle me remit au lit, en pleurs. Elle savait qu’elle ne pourrait pas me calmer. J’étais trop enfermé dans ma douleur, dans ma folie passagère… Une fois seul, j’ai continué à m’égosiller. Mais au bout de 5 à 10 minutes , de nouveau épuisé, j’ai fini par me calmer avec mes doudous dans les bras. Ils me faisaient tellement de bien. Ils étaient mes compagnons de tous les instants, surtout la nuit. Ils étaient toujours là, à mes côtés dans mon petit lit, quand j’avais besoin de me calmer…

Cette nuit, j’ai eu 15 mois…dans la douleur physique et la détresse psychique. Je fis le souhait que le nouveau mois dont la porte s’ouvrait soit meilleur…

Compétences

Posté le

21 mars 2020

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

risus. mattis porta. leo libero vel,